FreshRSS

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierFlux principal

Autoconsommation : la France passe la barre des 100 000 foyers

30 juin 2021 à 19:25
Autoconsommation : la France passe la barre des 100 000 foyers

Enedis l’a récemment annoncé : la France vient de passer la barre des 100 000 foyers en autoconsommation. Le chiffre est hautement symbolique. Mais il traduit bien l’intérêt des ménages français pour les alternatives énergétiques. L’électricité reste un poste de dépense important pour les ménages. Et Enedis compte bien démontrer l’intérêt de l’autoconsommation.

97 000 foyers d’autoconsommation raccordés en 5 ans

Le chiffre est vertigineux. Enedis n’exagère pas en parlant de “croissance exponentielle” des raccordements de foyers en autoconsommation électrique. En 2015, la France ne comptait que 3 000 installations d’autoconsommation individuelle. Le rythme de raccordement annuel était encore très lent. Certes il y avait la curiosité et la promesse de gains financiers sur les factures électriques. Mais les propriétaires français restaient frileux.

Mais la donne a largement changé en cinq ans. Enedis annonce qu’au premier trimestre 2021, la barre des 100 000 clients raccordés en autoconsommation individuelle a été franchie. C’est plus rapide que les estimations de l’énergéticien. Et l’élan doit se poursuivre. Enedis s’attend à atteindre les 200 000 installations en autoconsommation d’ici 2023.

Cette croissance en accéléré s’explique en partie par un intérêt grandissant des consommateurs pour les énergies renouvelables. Elle vient aussi valider les efforts menés par Enedis pour communiquer autour de sa solution d’autoconsommation.

Autoconsommation : le coup de pouce Linky

Depuis 2015, Enedis est particulièrement actif autour de la communication sur l’autoconsommation. Surtout, l’entreprise s’est positionnée en facilitateur de la transition énergétique pour les particuliers. Un argument qui a été renforcé par le déploiement du compteur Linky. Le compteur communicant présente en effet un avantage considérable pour les installations d’autoconsommation. Il mesure l’énergie consommée ainsi que l’énergie produite dans le foyer. Cette double mesure simplifie les démarches de raccordement au réseau électrique.

Un foyer en autoconsommation n’a pas besoin d’installer un second compteur électrique pour compter sa production électrique domestique. Enedis insiste aussi pour rappeler qu’avec Linky, le raccordement au réseau électrique est gratuit, soit une économie “d’environ 600€ par rapport à l’ancienne génération de compteurs”.

A quoi ressemble l’autoconsommation électrique en France ?

Enedis souligne que l’autoconsommation séduit aussi bien des clients particuliers que des professionnels. L’autoconsommation intéresse notamment les agriculteurs. Leurs bâtiments professionnels (hangars, granges, bergeries) offrent de grandes surfaces de toiture utiles pour installer des panneaux solaires. Les foyers français plébiscitent d’ailleurs l’énergie solaire. C’est la première source de production électrique en autoconsommation. Elle représente 99,5% des installations.

Mais quelle est vraiment la part d’autoconsommation pour les foyers français ? D’après les chiffres communiqués par Enedis, un foyer atteint en moyenne 20% d’autoconsommation. Si le foyer est équipé d’une solution de stockage d’énergie, cette part peut encore progresser. Une partie de l’énergie produite couvre la consommation domestique. Le surplus est envoyé sur le réseau électrique et ainsi revendu à Enedis.

L’article Autoconsommation : la France passe la barre des 100 000 foyers est apparu en premier sur L'EnerGeek.

Renouvelables : la Suisse va-t-elle installer éoliennes et panneaux photovoltaïques dans les Alpes ?

1 juin 2021 à 07:14
suisse eoliennes panneaux photovoltaiques alpes - L'Energeek.jpg

En pleine réflexion sur l’évolution de son mix énergétique et sur sa dépendance à ses voisins durant le creux de production hydraulique en hiver, la Suisse envisage d’installer des éoliennes et des panneaux photovoltaïques dans les Alpes. C’est ce que suggère une étude publiée ce vendredi 28 mai 2021 par des chercheurs suisses.

Suisse : un mix électrique qui fait la part belle l’hydro-électricité, et rend le pays dépendant à ses voisins en hiver

Les Alpes suisse vont-elles se couvrir d’éoliennes et de panneaux photovoltaïques ? C’est la solution pour laquelle militent des chercheurs de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), dans une étude publiée ce vendredi 28 mai 2021, en collaboration avec l’Institut Institut WSL pour l’étude de la neige et des avalanches.

Le mix électrique suisse repose en effet largement sur l’hydro-électricité, qui représente en 2020 58,1% de la production totale d’électricité du pays. Le nucléaire a fourni 32,9% de l’électricité suisse, le solde de 9% étant couvert majoritairement par les nouveaux renouvelables (éolien, photovoltaïque, biomasse) et, secondairement, par les centrales thermiques à combustible fossile.

La Suisse dispose donc d’un mix électrique très peu carboné, mais il est fortement dépendant de l’hydro-électricité, dont la production peut varier, non seulement d’une année sur l’autre, mais aussi au cours de l’année. La production est ainsi plus faible en hiver, période de plus forte consommation. La Suisse est donc contrainte d’importer de l’électricité en hiver, et / ou de faire tourner ses centrales thermiques à plein régime.

Vers une installation massive d’éoliennes et de panneaux solaires dans les Alpes ?

Pour répondre à cette problématique et atteindre la neutralité carbone via une électrification des usages, l’étude de l’EPFL envisage une large installation de nouveaux renouvelables dans les Alpes (75% d’éoliennes, 25% de panneaux photovoltaïques).

En effet, l’ensoleillement est souvent fort dans les Alpes en hiver, assurant une bonne efficacité énergétique à des panneaux photovoltaïques. Contre-intuitive, l’idée est validée par les chercheurs : “Notre étude confirme qu’il y a une vraie opportunité, y compris économique, à installer des panneaux solaires dans les Alpes”, pointe le professeur Michael Lehning, co-auteur de l’étude. Concernant l’éolien, c’est le Jura suisse que les chercheurs plébiscitent, 40% des éoliennes de leur modèle y étant installé.

L’étude suppose l’installation d’unités de stockage en complément des centrales éoliennes et photovoltaïques alpines, et elle prend en compte la topographie de la Suisse, ses microclimats, la production hydraulique et les échanges d’énergie avec les pays limitrophes. Elle s’appuie sur le réseau électrique tel qu’il devrait être en 2025. Ce modèle permettrait de réduire de 80% la dépendance électriques de la Suisse à ses voisins et aux centrales thermiques en hiver.

L’article Renouvelables : la Suisse va-t-elle installer éoliennes et panneaux photovoltaïques dans les Alpes ? est apparu en premier sur L'EnerGeek.

❌