FreshRSS

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Aujourd’hui — 27 septembre 2021MiniMachines.net

Beelink SER 3750H : un MiniPC plus aéré et évolutif

27 septembre 2021 à 18:33

Le Beelink SER 3750H se présente comme un MiniPC compact assez classique avec 11.3 cm de large pour 12.6 cm de profondeur et 4 cm d’épaisseur. Son châssis diffère un peu des productions habituelles de la marque avec une aération sur les côtés mais  aussi sur le dessus du châssis.

Beelink SER 3750H

Ce choix s’explique par l’équipement du Beelink SER 3750H qui, comme son nom l’indique, embarque un processeur Ryzen 7 3750H de la gamme . une puce 4 coeurs et 8 Threads cadencée de 2.3 à 4 GHz accompagnée par un circuit graphique Radeon RX Vega 10.

Beelink SER 3750H

Un processeur qui annonce un RDP de 35 watts assez difficile à dissiper et qui explique assez simplement le choix de ce boitier plus aéré. Beelink fait appel à un système de dissipation classique de machine portable, un dispositif d’ailettes refroidies par un ventilateur en extraction. 

Beelink SER 3750H

Autour du processeur, le Beelink proposera 8 Go de mémoire vive en DDR4 2400, deux slots SoDIMM permettront de faire évoluer ce poste tout comme il sera possible de changer le SSD PCIe NVMe X4 au format M.2 2280 ou d’ajouter un stockage 2.5″ SATA facilement. Des solutions en 256 / 512 Go de SSD par défaut, via le port M.2, seront disponibles à la vente.

Beelink SER 3750H

La connectique, enfin, est assez bonne avec en face avant deux ports USB 3.0, un USB 3.1 Type-Cun port jack audio combo et le bouton de démarrage de l’engin. Sur la partie arrière, on retrouve deux autres ports USB 3.0, un Ethernet Gigabit, deux HDMI 2.0 et l’alimentation jack de la machine. Le Beelink SER 3750H est censé savoir piloter trois affichages en simultané, ce qui nous indique que le port USB Type-C devrait prendre en charge un affichage DisplayPort mais la marque ne communique pas ce détail explicitement. A noter la présence d’un étrange module réseau puisque la machine semble compatible Wifi 5 et Bluetooth 4.0, d’après sa fiche technique. Un appareillage très daté et qui ne se justifie plus sur ce type de machine puisque les solutions plus évoluées sont au même prix chez les grossistes. Il est possible qu’il s’agisse d’une erreur sur la fiche technique.

Beelink SER 3750H

A noter enfin que les systèmes d’exploitation Linux, Windows 10 et Windows 11 seront pris en charge par la machine. Pour le moment, pas de disponibilités mais un aperçu du tarif de celle-ci. Comptez 417€ pour la version de base de cet engin en 8/256 Go et 493€ pour le modèle 16/512 Go. Ces tarifs sont élevés comme c’est souvent le cas avec les prix publics donnés par les constructeurs. Il arrive très souvent que les prix dévissent très rapidement une fois chez les revendeurs. 

Beelink SER 3750H : un MiniPC plus aéré et évolutif © MiniMachines.net. 2021.

Gigabyte U4 : un ultraportable de 990 grammes sous Tiger Lake

27 septembre 2021 à 15:27

Le Gigabyte U4 c’est avant tout un poids plume, cet ultrabook de 14″ tombe juste sous le kilo avec un châssis en alliage aluminium-magnésium de 990 grammes. Un poids plume pour un engin très ramassé avec 32.2 cm de large pour 26.68 cm de profondeur et une épaisseur très contenue de 14.9 mm.

Gigabyte U4

Un gabarit très compact, donc, et pourtant un moteur assez impressionnant puisque le Gigabyte U4 proposera jusqu’au processeur Intel Tiger Lake i7-1195G7, un quadricœur épaulé d’un circuit graphique Intel Xe et tournant à 2.9 Ghz pour un TDP de 28 watts. Cette puce sera associée à une mémoire vive de type DDR4-3200MHz composée d’une partie soudée à la carte mère et d’un slot libre pour des solutions allant de 8 à 64 Go de ram.

Le stockage sera, quant à lui, confié à deux slots M.2 2280 PCIe NVMe. Le premier étant PCIe 3.0 et SATA et le second PCIe 4.0 uniquement. Un ensemble qui promet une belle et assez rare évolutivité pour un engin de ce gabarit.

Gigabyte U4 Gigabyte U4

On retrouve une connectique assez belle sur cette machine avec en plus d’un Wifi6 et Bluetooth 5.2 via un chipset Intel AX201 mais également un nombre de ports assez important et divers. Face à des solutions de 15.6 ou 16″ très limitées, le Gigabyte U4 se défend plutôt bien. Deux ports USB 3.2 Gen1 et Gen2 Type-A sont visibles ainsi qu’un HDMI 2.0, un port jack audio combinant casque et micro, et un port Thunderbolt 4/USB 4.0 Type-C. Un lecteur de cartes MicroSDXC vient compléter cet équipement. 

Gigabyte U4

La partie écran est confiée à un IPS FullHD classique avec une colorimétrie 100% sRGB. La dalle est protégée par un film anti reflet et n’est entourée que par des bordures de 4.5 mm seulement. Le choix d’un écran 1920 x 1080 pixels est étonnant face à une concurrence qui propose de plus en plus des écrans aux définitions très élevées voir au recours à des dalles de type OLED. Mais il s’agit d’un 14″ et c’est un choix qui peut facilement se comprendre pour éviter de voir le tarif de l’engin s’envoler systématiquement trop haut. A noter que la charnière s’ouvre sur 180° pour une disposition à plat de la machine.

Gigabyte U4

Une webcam classique 720p avec micro est intégrée au dessus de l’écran et le constructeur a ajouté quelques petits éléments intéressants comme la présence d’un clavier rétro éclairé résistant aux éclaboussures, une paire d’enceintes stéréo 2. x 1.5 watts à la norme DYTS:X Ultra. L’autonomie annoncée est de 8 heures avec Windows 10 Pro, un score qui semble plus en phase avec un usage classique que les annonces d’autonomies basées sur la lecture de vidéo. La batterie de 36 WHr se rechargera également de 45% en 30 minutes de branchement secteur sur son alimentation 65 watts.

Gigabyte U4

 

Pas d’infos sur le prix ou le début de commercialisation de cette machine mais je doute que l’engin sorte sous Windows 10, la marque va probablement attendre l’arrivée de Windows 11 pour commercialiser son nouvel engin. 

Gigabyte U4 : un ultraportable de 990 grammes sous Tiger Lake © MiniMachines.net. 2021.

La HiFive Unmatched n’est pas si Unmatched que ça

27 septembre 2021 à 13:31

Un test complet de la carte HiFive Unmatched de SiFive a été publié sur Phoronix et on y découvre les performances de la puce RISC-V U740 sous Linux. La carte au format MiniITX propose plein de choses intéressantes et embarque notamment 16 Go de mémoire vive DDR4 mais… on ne peut pas dire que les performances soient au rendez-vous. 

Proposée à 700$, la HiFive Unmatched ne vise pas vraiment le grand public et ce tarif élevé explique sans doute beaucoup de choses quand aux résultats obtenus par la solution. Car ils sont médiocres. La carte a beau embarquer la fine fleur de ce qui se fait en terme d’intégration RISC-V, elle se fait battre à plate couture par une bête puce ARM d’un Raspberry Pi 400.

HiFive

Sur l’ensemble des tests passés, les résultats de la carte RISC-V sont écrasés par ceux de la solution Pi. Les performances globales de cette solution sont encore loin d’égaler ce que proposent une puce ARM moderne. Ce qui n’est pas étonnant vu la jeunesse de ces solutions. La carte proposée par SiFive n’a pas pour vocation de venir se glisser sous un téléviseur pour devenir le futur lecteur multimédia ou autre émulateur de jeu d’arcade du moment. C’est un produit de niche, destiné à des développeurs cherchant une plateforme d’expérimentation et de développement autour de ce nouveau format. Il faudra encore probablement quelques longues années pour voir un RISC-V capable de rivaliser avec solutions que nous connaissons aujourd’hui. 

Une bonne piqûre de rappel quant à l’état du  marché actuel face à un certain enthousiasme un peu trop militant pour être objectif. Certains détestent tellement tel ou tel fabricant de puces qu’ils en sont à inventer une mythologie autour de RISC-V. La solution est très prometteuse de par son architecture et son approche très ouverte mais elle reste encore loin des réalités du terrain aujourd’hui. Quand une marque annonce son intérêt pour la formule, elle le fait avec un objectif assez lointain ou différent du marché PC. RISC-V ne transformera pas le paysage informatique dans les six mois qui viennent.

La HiFive Unmatched n’est pas si Unmatched que ça © MiniMachines.net. 2021.

Vous pourrez booter sur le lecteur MicroSDXC du Steam Deck

27 septembre 2021 à 11:42

Le Steam Deck est un PC en forme de console de jeu portable livrée sous un système d’exploitation Linux. Cet appareil qui profite d’un développement sur mesures d’un processeur AMD promet beaucoup de possibilités et, ces dernières semaines, en ajoute de nouvelles.

Steam Deck

Dans la liste des annonces confirmées par Valve, le Steam Deck pourra lancer des jeux qui ne seront pas issus du catalogue Steam. Si la console est livrée avec Steam OS, un système Arch Linux épaulé par la solution logicielle Proton du développeur pour lancer des jeux Windows depuis ce système.

Mais l’engin est tout de même un PC tout ce qu’il y a de plus classique au demeurant et il pourra exécuter d’autres systèmes d’exploitation au besoin. Le BIOS développé par les équipes de Valve n’empêchera pas l’installation d’autres systèmes. Il sera donc possible, par exemple, d’installer un Windows ou un autre système Linux, en plus de Steam OS. Evidemment cela veut dire doubler l’empreinte du stockage du système et amputer d’autant votre capacité à stocker des jeux dans l’objet. Mais cela ouvre des perspectives amusantes d’autant que la solution est également capable d’amorcer son démarrage sur son lecteur de cartes MicroSDXC UHS-I.

Steam Deck

J’attends avec impatience de voir des équipes se mettre au travail pour imaginer des versions “Lite” de divers systèmes d’exploitation comme du temps des netbooks aux capacités de stockage beaucoup plus limitées. Que ce soient des Windows ou des dérivés de Linux optimisés pour la console, débarrassés d’outils superflus dans ce type de produit ou des versions clairement orientées jeu, il y a là des possibilités assez intéressantes à travailler.

Avec des cartes de ce type très rapides de belles capacités désormais assez accessibles, on peut imaginer des usages un peu différents de la console. Outre le lancement d’un Windows classique orienté jeu on pourra lancer des applications plus classiques ou des systèmes Linux dédiés à des univers différents du jeu. Petit détail qui a son importance, le Steam Deck emploie le système de formatage ext4 qui n’est pas natif sous Windows. Si vous utilisez donc une carte pour sauvegarder des données, elle ne sera pas lisible sur un système Microsoft sans passer par des logiciels tiers.

La FAQ donnée par Valve donne également d’autres informations globales sur l’usage de l’engin. On apprend, par exemple, que le dock n’augmentera pas les performances de l’objet, il permettra juste de mieux communiquer. On pourra brancher un casque VR sur la console mais ce ne sera clairement pas un usage optimisé. Les circuits graphiques externes ne seront pas supporté par le Deck.

Il sera, par contre, possible d’utiliser le Steam Deck comme manette de jeu via les logiciels de Valve. On pourra donc jouer à un jeu PC avec la console. Le retour haptique sera double avec un moteur sous chaque mini joystick.

Steam Deck

Ces informations relativisent globalement l’usage de la console et les tarifs demandés par Valve. Si la solution entrée de gamme à 419€ est toujours attirante de par son tarif, le fait qu’elle n’embarque que 64 Go de stockage eMMC empêchera clairement de profiter au mieux des fonctions de dual boot proposées. Il faudra compter sur la solution 256 Go de SSD NVMe à 549€ pour vraiment pouvoir en tirer parti. La version à 679€, avec 512 Go de stockage montre tout le potentiel de l’idée. Pour rappel, le SSD de la console est un M.2 2230 PCIe NVMe, une solution encore assez rare – et assez chère – sur le marché?. Il est possible d’ajouter ou de modifier le SSD du Steam Deck après achat mais cette opération annule toute garantie à l’engin.

Vous pourrez booter sur le lecteur MicroSDXC du Steam Deck © MiniMachines.net. 2021.

À partir d’avant-hierMiniMachines.net

Le GPD Pocket 3 se dévoile avec une première image

24 septembre 2021 à 15:04

Oui, elles s’accélèrent lentement. Je sais, c’est paradoxal mais c’est assez juste. Après des mois sans infos, ce sont deux éléments qui s’additionnent ces derniers jours autour de l’engin, de son design et de ses possibilités.

GPD Pocket 3

Il y a quelques jours nous apprenions que le design de l’objet serait modulaire. Un élément arrière permettrait de basculer d’un type à un autre de connecteur. Cela en disait peu sur le produit mais nous confirmait que la marque continuait à travailler sur l’engin. Aujourd’hui, c’est une image du GPD Pocket 3 qui est publiée par le constructeur, une image qui regroupe en réalité plusieurs dispositions de la machine et nous enseigne quelques petites choses à son sujet. Des choses assez nouvelles pour la marque qui, tisonnée par le Steam Deck sur le segment “PC de jeu portable”, cherche de nouveaux débouchés.

On retrouve donc d’abord cette idée de design modulaire. La possibilité offerte pour un utilisateur de l’engin de choisir entre un port Série ou une sortie USB plus classique, voir une sortie audio ou vidéo. Une idée pratique pour adapter la machine suivant les ,situations, notamment pour les pros.

Mais on découvre surtout que le GPD Pocket 3 offrira également un écran rotatif permettant de l’utiliser comme une petite tablette tactile. Une solution qui n’est pas sans rappeler le One Netbook A1 qui offrait déjà cette possibilité avec une solution 7″ en FullHD du même type. La charnière de l’engin est centrale, tourne sur 180° pour permettre à l’écran de venir se repositionner par dessus le clavier. Cette solution, associée à un stylet dont on ne connait pas les fonctionnalités exactes, sera parfait pour des usages de saisie rapide à l’écran. 

Cela n’a l’air de rien mais cela ouvre des applications métier intéressantes. Si on combine le développement d’un outil de gestion de matériel à un design modulaire permettant de piloter un port série, on a un PC de contrôle complet qui pourra se connecter facilement à un engin industriel et exécuter un outil de diagnostic piloté en tactile au stylet. Le tout dans un format de poche capable de lire ou d’envoyer des emails et bien d’autres choses encore.

Minimachines-09-2021

On retrouve également le design évoqué lors du précédent billet avec le détail de différents points. Le clavier QWERTY est bien présent sur la partie inférieure du PC et on retrouve une zone tactile en haut à droite du châssis à la place du capteur optique du modèle précédent. Trois boutons sont visibles de l’autre côté de l’appareil et le bouton de démarrage se situe bien au centre.

Pas d’autres informations ni de détails plus poussés sur l’objet mais si la marque poursuit dans ce sens, nous devrions en savoir plus très rapidement sur cet objet.

Le GPD Pocket 3 se dévoile avec une première image © MiniMachines.net. 2021.

HP Spectre x360 16 : un convertible 16″ OLED

24 septembre 2021 à 12:55

Le nouveau HP Spectre x360 16 est plus rapide et plus impressionnant que son prédécesseur. Avec un nouveau processeur Intel Core de onzième génération et un circuit graphique Nvidia GeForce RTX 3050, l’engin semble paré pour tous les usages.

HP Spectre x360 16

Le HP Spectre x360 16 est un convertible tactile, une machine qui offre la possibilité de se transformer en tablette en rabattant l’écran et le clavier dos à dos. Sur ce nouveau modèle, cela donne une impressionnante diagonale de 16″ dans un châssis équivalent au modèle 15.6″ précédent. De quoi proposer de nombreux usages dans ses deux modes, du jeu à la consultation multimédia en passant par tout type de travail plus classique. Disponible dès le mois d’Octobre prochain, l’engin sera clairement orienté sur un marché haut de gamme avec des tarifs d’entrée de gamme dépassant les 1600$ HT.

HP Spectre x360 16

L’écran offre un rapport affichage / surface de 91% avec un ratio 16:10 classique profitant d’un écran IPS ou OLED 100% sRGB évidemment tactile. La définition annoncée est de 3072 x 1920 pixels avec la possibilité d’utiliser les stylets actifs de la marque. Des modèles prenant en compte la sensibilité à la pression comme à l’angle d’utilisation.

HP Spectre x360 16

On retrouvera à bord de la machine un processeur pouvant aller jusqu’à l’Intel Core i7-11390H, une puce Tiger Lake-H35 dotée de quatre coeurs et associée à un chipset graphique Iris Xe. Diverses options de mémoire vive allant jusqu’à 16 Go de DDR4-3200 seront disponibles et le tout sera associé à un stockage PCIe NVMe de 512 Go avec une possibilité d’ajouter une mémoire cache Intel Optane 32 Go. Des options de circuits graphiques secondaires permettront d’ajouter un circuit GeForce RTX 3050 à l’ensemble.

HP Spectre x360 16

L’engin proposera une webcam de qualité avec un modèle 5 mégapixels proposant des fonctions avancées pilotées par une IA dédiée. On pourra ainsi activer des amélioration d’image semblables à celles qu’on trouve dans certaines applications smartphone. Des solutions de suivi de visage dans le cadre ou de modification de l’image à la volée. La webcam proposera en outre un capteur infrarouge pour piloter les services biométriques de Microsoft en plus du capteur d’empreintes intégré. La solution proposera également un œilleton de sécurité pour obstruer la webcam quand vous ne vous en servez pas.

HP Spectre x360 16

La connectique se base là encore sur le Thunderbolt 4 avec deux ports intégrés mais l’utilisateur pourra également compter sur un HDMI 2.0b, un USB 3.0 Type-A, un jack audio combo et un port de charge qui viendra épauler l’alimentation du Thunderbolt. Un lecteur de cartes MicroSDXC est également présent. Pas d’Ethernet natif mais un module Wifi6 et Bluetooth 5.2  est embarqué à bord.

HP Spectre x360 16

Le clavier sera rétro éclairé mais n’aura pas de pavé numérique. le constructeur ayant préféré intégrer quatre enceintes Bang & Olufsen sur les côtés du dispositif. Un choix plutôt grand public qui contraste assez avec le tarif de la machine. La batterie est une 83 Whr et elle est livrée avec une alimentation 90W suffisamment costaud pour proposer une charge à 50% en laissant le HP Spectre x360 16 pendant 45 minutes sur le secteur. Trois autonomies sont indiquées : 17 heures en usage mixte, 18H30 en vidéo. et 13H45 en streaming via le Wifi.

Le HP Spectre x360 16 est attendu sous Windows 11.

HP Spectre x360 16 : un convertible 16″ OLED © MiniMachines.net. 2021.

Microsoft Surface Duo 2 : de l’urgence d’attendre

23 septembre 2021 à 20:23

J’ai un copain qui a craqué sur le Surface Duo premier du nom. Dire qu’il regrette son choix est un doux euphémisme, je ne l’ai jamais vu dire du bien de son appareil autrement que pour plaisanter. Une manière sans doute d’exorciser son caprice d’alors… A l’annonce des premières rumeurs de ce Surface Duo 2, il est rapidement monté dans les tours, signalant qu’il était plus que nécessaire de laisser un peu de temps au produit avant de craquer.

Surface Duo 2

Avec plein de petits et gros défauts de jeunesse, le premier modèle n’a pas réussi à séduire, au delà des plus optimistes ayant acheté sur un coup de tête, les tests sortis peu après la commercialisation de l’engin ont réduit à néant tous les espoirs de Microsoft avec ce modèle. Un des éléments à charge contre l’engin a été la faiblesse de son système de prise de vue. Microsoft a donc rectifié le tir avec un système optique bien plus efficace sur cette seconde mouture.

 Surface Duo 2

Les deux écrans évoluent pour commencer avec deux affichages en 5.8 pouces 1344 x 1892 pixels AMOLED avec une fréquence de rafraichissement de 90 Hz qui se déploient pour former un écran de 8.3 pouces. La différence n’est pas énorme mais c’est 0.2 pouces de plus que le premier modèle. Microsoft a fait appel à Corning pour protéger ses écrans avec une dalle Gorilla Victus censé sécuriser des chutes allant jusqu’à 2 mètres. L’aspect visuel change également avec un gros coup de gomme donné aux bordures de l’ancien modèle. Le 2 semble bien plus aérien et léger, désormais, même si ses dimensions sont similaires : le smartphone mesure 14.52 cm sur 18.45 cm une fois ouvert. Au fond de votre poche, il sera par contre un poil plus épais avec 11 mm en tout, 5.5 mm par écran. Le poids change également  en passant de 250 à 284 grammes.

 Surface Duo 2

On retrouve au dos de la Surface Duo 2 pas moins de trois capteurs : un  12 mégapixels f/1.7 grand angle avec stabilisation optique OIS, un autre 12 mégapixels f/2.4avec téléobjectif x2 et enfin un 16 mégapixels f/2.2 très grand angle avec correction de distorsion optique. La vidéo pourra ainsi être capturée en HDR jusqu’en UltraHD à 30 ou 60 images par seconde. En frontal un capteur 12 mégapixels plus classique sera adapté à la vidéoconférence ainsi qu’au vidéonarcissisme.

Autre évolution, l’arrivée d’un Qualcomm Snapdragon 888 accompagné de 8 Go de mémoire vive et d’un stockage de 128 à 512 Go. Le premier modèle embarquait 6 Go de ram et se limitait à 256 Go de stockage. Le SoC de Qualcomm offrant en prime à l’objet la possibilité de se connecter en 5G… un “léger” manque sur le modèle précédent. Modèle qui n’offrait pas quelques fonctions basiques comme le dualsim standby…

Surface Duo 2

Outre ces évolutions techniques, le nouveau smartphone propose désormais un système de notification au dos de sa charnière. Baptisé “Glance Bar”, il permet à l’utilisateur d’avoir un rapport d’informations concernant l’engin : icônes, notifications, SMS, journal d’appel, alarmes et autres apparaitront sur ce tranchant de manière relativement discrète. Un stylet externe, intégré à une pochette proposée en option, permettra de dessiner avec l’engin qui passe à Android 11. La batterie évolue enfin avec une solution 4449 mAh avec une charge de 23 watts. Le premier modèle proposait une 3577 mAh en 18 watts.

Surface Duo 2

D’un point de vue tarif, l’engin débutera à 1599€ pour le modèle le plus entrée de gamme avec une disponibilité attendue au 21 octobre. Un tarif qui m’aidera de manière particulièrement efficace à patienter jusqu’aux tests… et même bien après encore.

Microsoft Surface Duo 2 : de l’urgence d’attendre © MiniMachines.net. 2021.

Surface Laptop Studio : performance et fonctions

23 septembre 2021 à 15:17

Le Surface Laptop Studio est un renouvellement de la vision de Microsoft pour ce qui doit être aujourd’hui, bientôt en 2022, une machine nomade et productive. L’éditeur ne se contente pas d’additionner les composants dans un format classique mais pousse un peu plus loin cette idée avec des aménagements techniques intéressants.

Le Surface Laptop Studio est un engin particulier, il reprend un design original imaginé par Acer avec son Aspire R7, il y a plusieurs années. Au lieu de proposer une charnière classique permettant de pivoter l’écran autour d’un axe pour se refermer sur le clavier, l’engin propose une alternative. L’accroche de la charnière se fait non pas au bas de l’écran mais au milieu de sa hauteur, permettant ainsi à l’ensemble de pivoter facilement et de se déplacer vers l’avant du dispositif. Cette vision d’un engin proposant un agencement qui s’adapte suivant les usages est une alternative à la solution de Lenovo et de ses Yoga. Elle propose surtout, outre le format tablette, la possibilité de mixer l’usage d’un écran tactile avec le pavé tactile de la machine tout en cachant le clavier.

Surface Laptop Studio

Quel intérêt ? Le principal est l’usage de l’engin en mode tablette évidemment mais également l’ajout  d’un mode multimédia sans clavier et enfin la possibilité de dessiner sur l’écran sans avoir le clavier qui gène l’utilisateur… Des usages qui semblent parfaits pour de la mobilité… mais peut être un peu moins pertinents en mode sédentaire. A noter que le R7 plaçait son écran devant un pavé tactile que la marque avait basculé derrière le clavier, Microsoft fait l’inverse… ce qui est une vision qui correspond sans doute plus au format 14.4″ à bordures fines de l’engin. Le Acer était un 15.6″ assez encombrant et difficile à déployer ainsi en mobilité. Il s’utilisait en mode sédentaire là où le recours au clavier pour des raccourcis, ou des combinaisons, est plus pratique. En mobilité, le Surface Laptop Studio aura plus de bénéfice à laisser le pavé tactile apparent.

Surface Laptop Studio

Là où le Surface Laptop Studio va se démarquer, c’est dans son absence de compromis techniques et la qualité globale de la proposition. Son affichage emploie une dalle de 14.4″ en 2400 x 1600 pixels. Un format en 3:2 qui ravira bon nombre d’utilisateurs à la recherche d’une surface plus productive et moins orientée multimédia que les écrans traditionnels.  Rafraichie à 120 Hz, la dalle est enfermée dans des bordures relativement fines qui embarquent une webcam classique proposant une reconnaissance faciale et un couple de micros stéréo avec régulation du bruit ambiant.

Surface Laptop Studio

Le niveau de performance dépendra, comme toujours, de votre budget. Le modèle entrée de gamme en Core i5 emploiera un circuit graphique Intel Iris Xe avec 16 Go de mémoire vive LPDDR4x. Le modèle haut de gamme préfèrera un Core i7 associé à un circuit graphique externe Nvidia GeForce RTX 3050 Ti employant 4 Go de GDDR6 dédiée et 32 Go de mémoire vive. Le stockage de base sera de 256 Go et il pourra évoluer jusqu’à 2 To… Et quand je dis évoluer, ce n’est pas un vain mot. Si la mémoire vive sera soudée à la carte mère, le stockage emploie bien un slot M.2 PCIe NVMe qui permettra donc un changement de capacité.

Le clavier est, à la fois, rétro éclairé et mécanique, Microsoft cherche à faire de cet engin un vrai compagnon de voyage apportant du confort autant que de la performance. Le pavé tactile est large et profond et propose un retour haptique 

Surface Laptop Studio

La connectique du Surface Laptop Studio est peut être le  talon d’Achille de cette offre. Elle comprend une paire de ports Thunderbolt 4 au format USB Type-C, un connecteur Surface et un port jack audio combo. Rien de plus. Impossible donc de brancher une clé USB classique ou de connecter un port HDMI. Il faudra passer par un dock USB Type-C pour retrouver un lecteur de cartes ou ces connecteurs traditionnels.

Surface Laptop Studio

L’autonomie est, par contre, un point fort avec des scores annoncés par Microsoft très élevés. La version Core i5 annonce jusqu’à 19 heures d’utilisation. Le modèle Core i7 avec son circuit GeForce plus gourmand  annonce 18 heures d’autonomie… probablement parce que, là encore, c’est le circuit graphique Intel qui est pris en compte. Cela nous indique clairement que cet usage n’est pas celui d’une machine exploitée au maximum de ses capacités. Ces temps annoncés sont probablement liés à une exploitation minimale des engins.

Surface Laptop Studio

Les tarifs Européens ne sont pas connus pour le moment mais la version Core i5 devrait démarrer à 1599$ HT. Le modèle GeForce en Core i7 à 2099$ HT… Des prix assez élevés qui pourraient s’envoler encore un peu plus haut en euros…

Surface Laptop Studio : performance et fonctions © MiniMachines.net. 2021.

HP Envy 34 All-In-One : une station de travail monumentale

23 septembre 2021 à 12:43

Le HP Envy 34 All-In-One est un petit monstre, l’engin ne cache pas sa vocation de machine haut de gamme avec un prix d’entrée assez élevé. En échange de cet investissement, la marque proposera un engin aux compétences techniques redoutables.

HP ENVY 34 AiO_4

 

Je vous disais il y a peu, pour la présentation du dernier All-In-One de MSI, que le souci de ces formats aujourd’hui était dans la rivalité et l’évolutivité proposée par les MiniPC. On peut choisir de glisser de manière efficace un engin de petit format derrière un écran standard de manière assez simple. MSI trouve une parade originale en proposant un engin très évolutif. Le HP Envy 34 All-In-One cherche une autre solution avec un format original et performant. Un engin suffisamment éloigné des solutions classiques pour ne pas souffrir de comparaisons.

HP ENVY 34 AIO_TurboSilver_BlueNeoKBM_Win11_CoreSet_FrontRight

La dalle proposée ici est une 34″ en 5120 x 2160 pixels. Un équipement IPS en 21:9 encadré de bordures fines et porté par un pied très discret qui rend le tout encore plus aérien. La luminosité promise par HP est de 500 nits avec un traitement anti reflet complet. La couverture colorimétrique est plus que correcte puisque l’écran propose une couverture DCI-P3 de 98%.

HP ENVY 34 AIO_TurboSilver_Hero_RearleftCableManagement

Dans le dos de cet équipement haut de gamme, on retrouvera un processeur pouvant aller jusqu’au Core i9 de onzième génération associé à un maximum de 32 Go de mémoire vive (2 x 16 Go) et un stockage de 512 Go en PCIe NVMe. A noter que deux slots M.2 PCIe NVMe sont disponibles et sont accessibles à l’utilisateur. Dans le même esprit les 4 slots DIMM embarqués permettront de faire évoluer sa configuration vers 128 Go de mémoire vive au besoin.  La partie graphique sera, quant à elle, pilotée par une solution pouvant aller jusqu’à une Nvidia GeForce RTX 3080 Max Q dans la version la plus musclée. La machine mixe donc des équipements de bureau standard et des solutions mobiles pour ménager les besoins de refroidissement de l’ensemble. D’autres versions seront disponibles avec des processeurs moins rapides, moins de mémoire et de stockage et des circuits graphiques pouvant revenir à des solutions type GeForce GTX 1650 chez Nvidia. L’ensemble des possibilités et déclinaisons de la machine est donc très important.

HP ENVY 34 AiO_5

La destination de cette solution est de se poser en alternative du couple boitier / écran avec un design plus compact. L’idée n’est pas forcément de remplacer une station de travail professionnelle mais plutôt de se positionner sur un segment un peu plus touche à tout et compact. Un engin qui peut être considéré comme un investissement à long terme pour tous types d’usage qui iront des plus simples à la création photo en passant par le jeu ou le montage vidéo.

La connectique est très vaste avec des solutions pour répondre à tous les besoins de ce type de machine. Cela commence par un duo de ports Thunderbolt 4 Type-C, quatre ports USB 3.0 Gen2 Type-A, deux USB 3.0 Gen1 Type-A, un USB 3.0 Type-C Gen1, un jack combo, une sortie HDMI, un lecteur de  cartes SDXC et un Ethernet Gigabit. Un module Wifi6 et Bluetooth 5.1 sera également intégré à l’ensemble.

HP ENVY 34 AIO 11

Des petits détails en plus 

En plus  de cette foule de fonctions et de ports, le HP Envy 34 All-In-One propose des ajouts intéressants autour de son usage de base. Ainsi la webcam embarquée dans l’écran n’est pas un modèle basique de 0.3 ou 1 mégapixel comme trop souvent encore mais une solution 16 mégapixels True Vision avec prise en charge du Pixel Binning. Deux microphones sont également intégrés offrant un système de réduction de bruit ambiant. La webcam est détachable pour la positionner à l’endroit le plus pratique pour vous.

HP ENVY 34 AIO 10

Les enceintes stéréo intégrées sont signées par Bang & Olufsen, le clavier et la souris livrés avec l’engin sont des modèles sans fil HP 915 et, enfin, le pied de l’appareil cache un chargeur sans fil Qi 15 watts. De telle sorte que vous puissiez facilement recharger un objet de ce type en vous asseyant devant la station. Smartphone, liseuse ou casque audio par exemple.

HP ENVY 34 AIO 8

Reste donc à connaitre les tarifs européens de ces machines, avec un ticket d’entrée US de 1999$, le HP Envy 34 All-In-One fait clairement… envie. Mais il reste difficile de se projeter dans ce type d’engin encore aujourd’hui. Le mastodonte fait un peu peur de par sa taille et l’investissement qu’il représente. Un objet à avoir absolument sous les yeux avant de se décider.

HP Envy 34 All-In-One : une station de travail monumentale © MiniMachines.net. 2021.

HP 14 : un ultraportable sous Windows 11 et Snapdragon 7c Gen2

22 septembre 2021 à 17:18

Difficile de savoir comment se positionnera cet HP 14 en terme de performances. Chez HP on le considère comme une solution parfaite pour de l’entrée de gamme. Avec un SoC Snapdragon 7c à son bord, l’ultraportable 14″ embarquera un Windows 11 Home qu’il compte bien  faire tourner. Et si on connait la mayonnaise que propose l’émulsion ARM et Windows 10 on ne sait pas encore exactement quel goût aura la formule avec Windows 11. Je ne me fait pas trop d’illusion et je pense que le changement de version ne devrait pas donner des ailes à ce Snapdragon. Tout juste quelques aménagements pour prendre en compte certaines de ses spécificités.

HP 14

L’idée est donc de proposer un engin aux capacités entrée de gamme classiques sous Windows 11 avec comme avantage de pouvoir.. de faire.. enfin, d’avoir en plus des autres… ah oui ! Une option 4G. Bon, ok, c’est pas un vrai avantage et c’est pas une exclusivité du format. En vrai je ne comprend toujours pas vraiment l’intérêt de ces puces face à ce que proposent els concurrents traditionnel dans le monde Windows. Par contre je vois bien leurs défauts : la machine livrée sous Snapdragon ne sera pas compatible avec un autre système d’exploitation, ne pourra pas accepter de mises à jour non validée par Microsoft et proposera un BIOS totalement fermé. En échange de quoi elle vous promet des performances suffisantes pour piloter un Windows 11 des des applications bureautique et multimédia classiques et la possibilité d’émuler des applications x86 avec des performance qui pour le moment n’ont jamais été vraiment à la hauteur. C’est exactement ce que peuvent faire des AMD Ryzen classique en Zen1 ou Zen2 ou une solution Intel Celeron/Pentium habituelle. Mais avec la possibilité de pouvoir changer son système d’exploitation et de le bidouiller à loisir.

HP 14

On retrouvera couplé à ce Snapdragon 7c un total de 8 Go de mémoire vive LPDDR4x à 4266 MHz non évolutive et 128 Go de stockage en eMMC. Des composants qui, comme le SoC, seront définitivement soudés à l’engin. Le tout illuminera un écran 14″ IPS tactile en FullHD garanti comme respectant 60% du spectre sRGB avec une luminosité de 250 petits nits.

Cette faible luminosité ne poussera pas HP 14 à des exploits d’autonomie. Le constructeur annonce 11.5 heures en lecture vidéo et 8.5 heures en streaming vidéo, une des fonction “câblée” de la puce Qualcomm qui ne lui réclame que le minimum d’énergie pour fonctionner. Il n’est pas sûr que l’ensemble des usages classiques soit aussi généreux en terme d’autonomie. La batterie de 32 WHr pourrait avoir du mal a tenir plus longtemps dans des usages classiques. Même si elle proposera de se regonfler de moitié avec 30 minutes de charge grâce à un chargeur 45 watts.

HP 14

On retrouvera un module Wifi5 et Bluetooth 5.0. Des standards assez dépassés que l’on aurait aimé voir basculer vers une solution au moins Wifi6 pour une sortie à l’automne 2021… Un lecteur de cartes MicroSDXC qui pourra épauler le maigre stockage de base, un port USB 3.0 Type-C sera également présent avec PowerDelivery et DisplayPort 1.4 ainsi que deux USB 3.0 Type-A et un port jack audio combo en complément de la paire d’enceintes intégrée. 

HP 14

Le clavier est un modèle assez classique avec un très large pavé numérique. Le repose poignet propose un lecteur d’empreintes digitales. On retrouve un système qui va soulever la partie basse du HP 14 lors du déploiement de l’écran pour plus de confort de frappe. Une webcam basique avec une ouverture de 88° est également intégrée à l’ensemble.

Cet HP 14 aura donc tout à prouver tant en terme de performances que d’autonomie. Un pari que semble vouloir tenir la marque avec le duo Qualcomm et Microsoft. Les deux compères ne sont pas à leur coup d’essais et promettent monts et merveilles depuis Windows 10, difficile de savoir comment l’ensemble se comportera et si il arrivera au moins aux performances des machines x86 sous Windows. En attendant cela reste un engin enfermé dans un système totalement verrouillé, ce qui ne sera pas du goût de tous les utilisateurs.

HP 14 : un ultraportable sous Windows 11 et Snapdragon 7c Gen2 © MiniMachines.net. 2021.

HP 11″ Tablet : une solution originale et intéressante pour Windows 11

22 septembre 2021 à 15:09

Emoustillé je suis. La nouvelle HP 11″ Tablet a beau avoir un nom à la limite du ridicule, elle propose des fonctions originales et intéressantes qui me mettent en émoi. La tablette de 11″ de diagonale propose un affichage 2160 x 1440 pixels grâce à un écran IPS tactile annoncé comme 100% compatible sRGB. La dalle, protégée par un verre Corning Gorilla Glass 5, promet une luminosité de 400 nits.

HP 11" TabletMais le plus intéressant vient d’autres détails de la HP 11″ Tablet et surtout de sa webcam embarquée. Je sais que les cameras ont mauvaise presse sur les tablettes puisque les gens ont, pour la plupart, l’unique reflexe de les considérer comme des appareil photos classiques. Notre année de pandémie passée, les mœurs ont néanmoins beaucoup changé et les utilisateurs se sont rendus compte en télétravaillant de l’intérêt de pouvoir faire, par exemple, de la vidéoconférence avec ce type d’outil.

HP 11" Tablet

Mais HP va plus loin avec cette solution. On retrouve en effet une unique webcam de 13 mégapixels qui peut s’orienter de part et d’autre de l’écran. Accompagnée d’un double micro stéréo, elle pourra servir à la fois de capteur classique de photo et de vidéo, d’outil de vidéo conférence mais également de scanner de documents. La caméra s’oriente librement avec des crans plus marqués à 180° et 235°. Des étapes qui offrent la possibilité de se filmer soit même ou de positionner la caméra face au document posés devant lorsque la solution est positionnée sur sa béquille.

HP 11" Tablet

L’idée, ici, est par exemple de partager les documents que vous avez sous les yeux, posés sur votre bureau, avec vos interlocuteur. Envie de dessiner un schéma ? De montrer un Plan ? des photos ou un objet ? Cette solution permettra de partager des éléments de manière pratique pour de nombreux métiers et utilisateurs. La formule permettra en outre, grâce à certains logiciels, de récupérer des documents et de les redresser facilement pour les scanner.

HP 11" Tablet

La HP 11″ Tablet pourra évidemment s’utiliser en mode paysage plus classique, la partie logicielle du dispositif fera alors basculer le capteur photo à la manière de celui d’un smartphone. Ce mode offrira l’ergonomie d’un ultraportable 11 pouces avec la possibilité d’utiliser un clavier. A noter que les prises POGO qui permettront de connecter la tablette au clavier se retrouvent du côté opposé à la webcam pour une utilisation en mode portait également. Un format de machine qui pourrait plaire à certains utilisateurs qui préfèrent ce type d’orientation pour travailler.

HP 11" Tablet

Avec une prise en charge des stylets actifs de la marque, la HP 11″ Tablet permettra, en outre, tous les usages classiques de ce type d’engin et profitera des fonctions de Windows 11 pour offrir du multi fenêtrage à l’écran pour, par exemple, prendre des notes dans une fenêtre à droite de la dalle tout en suivant une conférence à gauche. En mode sédentaire, la solution pourra s’utiliser de manière autonome mais également se transformer en écran secondaire pour un PC grâce à la surcouche logicielle HP Duet. 

HP 11" Tablet

La solution est annoncée à 499$ HT nue  et 599$ HT avec son clavier. Pour ce tarif, on retrouvera un processeur Intel Pentium Silver N6000 de génération Jasper Lake. Une puce développant 6 watts de TDP et embarquant quatre cœurs sans hyperthreading. Pas la puce la plus performante de la gamme mais une solution calibrée pour des usages classiques de bureautique. Il sera associé à 4 Go de mémoire vive LPDDR4x-2133et un stockage PCIe NVMe de 128 Go sur port M.2. La connectique comprendra un module WiFi6 et Bluetooth 5.0 ainsi qu’un port USB Type-C prenant en charge l’alimentation et la vidéo ainsi qu’un lecteur de cartes microSDXC. Un lecteur d’empreintes digitales, intégré au bouton de démarrage permettra de sécuriser l’accès à Windows 11 préinstallé sur l’engin dans une version “S”… L’autonomie n’est pas indiquée mais la batterie de 32.2 Whr se rechargera de 50% en 45 minutes de connexion à son chargeur rapide 30 watts.

HP 11" Tablet

L’idée est bonne et la réalisation a l’air excellente. Mais je ne sais pas comment réagira cette machine à l’usage et, à vrai dire, les 4 Go de ram me font un peu peur… J’aurais aimé avoir une version en 8 Go pour mon usage personnel mais l’engin tel qu’il est semble être largement assez bien équipé pour des utilisations bureautique, multimédia et vidéoconférence en vadrouille. Une solution à suivre qui, si elle fonctionne bien en terme de ventes, pourrait amener HP à la décliner vers d’autres modèles ?

Minimachines-09-2021

HP 11″ Tablet : une solution originale et intéressante pour Windows 11 © MiniMachines.net. 2021.

Argon EON : un NAS sous Raspberry Pi en financement participatif

22 septembre 2021 à 11:35

Vous vous souvenez du Argon ONE ? Un boitier pour Raspberry Pi 4 permettant de profiter au mieux des cartes de développement. La marque lance désormais le Argon EON, une solution plus poussée qui va permettre de créer un NAS complet piloté par une solution Raspberry Pi.

C’est au travers d’une campagne Kickstater que le projet est lancé, avec une livraison prévue pour décembre prochain, l’Argon EON est censé vous livrer l’ensemble des éléments nécessaires à la création d’un NAS quadruple baie SATA.

Argon EON

Toujours pensé pour les cartes Raspberry Pi 4 Model B, le projet propose de connecter au choix soit 4 éléments au format 2.5″ , soit deux éléments au format 3.5″ et deux autres en 2.5″. Au maximum, l’engin pourra embarquer 40 To de stockage.

Argon EON

Le design de l’objet et assez intéressant avec un format en hauteur, très angulaire et une coque réalisée en partie en aluminium pour améliorer la dissipation. La puce Broadcom du Raspberry Pi sera mise en contact avec la coque grâce à un profilé de métal extrudé. L’ensemble sera tout de même ventilé activement avec un petit module de 6 cm sur 6 piloté par le système suivant les températures.                                

Argon EON

Proposé pour l’équivalent de 108€ HT et hors frais de port, le Argon EON est livré avec une alimentation 60 watts mais ne sera pas fourni avec une carte Raspberry Pi qu’il faudra acheter à part. Un bouton permettra de démarrer l’engin ou de le redémarrer avec une double pression.

Argon EON

Un petit écran OLED permettra de lire les différents états de l’objet. Une horloge interne permettra de garder une trace de ka date et de l’heure pour que le système puisse avoir des opérations de maintenance. 

Argon EON

La connectique comprend un port Ethernet Gigabit, des ports USB 3.0 et 2.0 Type-A  et deux sorties HDMI ainsi que le lecteur de cartes MicroSDXC ainsi qu’un accès aux ports GPIO de la Raspberry Pi. Le Argon EON est annoncé comme compatible avec Raspberry Pi OS Open Media Vault, Ubuntu et Twister OS.

Je ne suis pas sûr que confier des données à sauvegarder à ce type de solution soit la meilleure idée d’un point de vue sécurité. Masi l’objet est intéressant pour d’autres usages. Son prix relativement faible permettra de multiplier des sauvegardes en différents endroits pour des éléments critiques. L’Argon EON peut également être considéré comme une solution de stockage multimédia intéressant pour afficher des données dans votre salon.

Argon EON : un NAS sous Raspberry Pi en financement participatif © MiniMachines.net. 2021.

Ubuntu 14.04 et 16.04 auront droit à 10 ans de support

22 septembre 2021 à 09:21

Canonical veut que son système d’exploitation Ubuntu séduise les professionnels à la recherche d’une solution stable pour de longues années. Cela passe par les versions LTS pour Long Term Support, qui sont déployées tous les 2 ans. Ainsi les version Ubuntu 14.04 LTS et 16.04 LTS vont avoir droit à 10 années de support de la part de l’éditeur.

Par défaut, les systèmes seront toujours maintenus gratuitement pendant 5 années mais il sera possible de s’inscrire moyennant finance pour doubler cette durée. 10 années de mises à jour et de suivi pour éviter d’éventuels problèmes logiciel. Ces “vieilles” versions rejoignant ainsi la 18.04 et la 20.04 qui bénéficient déjà de ce support amélioré avec le nouveau programme Extended Security Maintenance. 

Lancé en 2014, Ubuntu 14.04 sera donc supporté jusqu’en 2024.  La version 16.04 jusqu’en 2026… La 18.04 jusqu’en 2028 et la 20.04 jusqu’en 2030. Bien sûr, il sera possible de basculer une édition 14.04 en 20.04 mais cela pourrait se traduire par une baisse de performances globales suite à l’utilisation de processus plus gourmands en ressources. Pour un industriel ayant intégré des machines sur différents sites, c’est une excellente nouvelle. Les PC resteront protégés et maintenus pendant encore de longues années. Il est à noter que le support est totalement gratuit pour les particuliers pour 3 postes simultanés. 

Il est en général possible de passer sans trop de soucis d’une génération à l’autre du système, voire d’en faire deux évolutions. Si vous avez installé des machines en 2014 et les avez utilisés sous Ubuntu 14.04, vous serez souvent aptes à profiter de la version 16.04 et même de la 18.04. Ce qui vous laisse tranquille pour un bon moment… gratuitement. Mais si vous ne voulez ou ne pouvez pas faire ce type de mise à jour, la sécurité proposée contre espèces sonnantes et trébuchantes par Canonical pourrait être une alternative à découvrir.

Ubuntu 14.04 et 16.04 auront droit à 10 ans de support © MiniMachines.net. 2021.

Kindle PaperWhite 2021 : USB Type-C, recharge sans fil et écran 6.8″

22 septembre 2021 à 08:03

La gamme de liseuses Amazon subit son quatrième lifting et donc sa cinquième édition avec une nouvelle génération Kindle Paperwhite 2021 déclinée en deux modèles distincts en France. La Kindle Paperwhite 2021 prend la place de l’ancien modèle et la Kindle Paperwhite Signature Edition ajoute quelques fonctionnalités.

Kindle PaperWhite 2021

Comme annoncé, l’écran grandit. Sa diagonale passant de 6 à 6.8″ tout en restant à 300 ppi. L’autonomie n’en sera pas affectée avec une capacité de batterie adaptée à cette nouvelle demande. Les bordures d’écran supérieures et de côté sont désormais de 10.2 mm et la liseuse prend finalement un peu d’embonpoint. Le modèle 2019 mesure 11.03 x 16 cm de côté et 8.3 mm d’épaisseur pour un poids de 174 grammes. Le modèle 2021 mesure 12.46 x 17.42 cm de côté et 8.1 mm d’épaisseur pour 205 grammes.

Kindle PaperWhite 2021

La façade de la liseuse est plane, l’écran est plat de bout en bout  avec un rebord éloigné de la zone de texte qui prendra moins la poussière. 

La version Signature Edition arrive, quant à elle, a 12.5 x 17.4 cm pour 8.1 mm d’épaisseur et 208 grammes. Une différence qui s’explique en partie par la présence d’un chargeur sans fil compatible Qi dans la dernière version. Aucun chargeur n’est présent avec la liseuse et vous devrez donc en acquérir un séparément pour une charge sans fil de 10 Watts max.

Amazon table sur 10 semaines d’usage “classique” d’une liseuse, comprendre 1/2 heure de lecture par jour sans Wifi… La marque promet également une meilleure réactivité avec un changement de page 20% plus rapide. Mais la meilleure nouvelle est sans doute le passage à un port USB Type-C qui remplacera le port MicroUSB si pénible du précédent modèle. Cela ne veut pas pour autant dire que la recharge sera plus rapide. Simplement, vous n’aurez plus à chercher le sens du port pour enficher votre câble. Cela veut également dire que votre liseuse n’aura pas besoin de conserver un vieux câble MicroUSB. Vous pourrez utiliser des câbles plus récents et présents de manière quasi universelle désormais.

Kindle PaperWhite 2021

Les bordures ont été affinées, puisqu’elles ne font plus que 10,2 mm d’épaisseur, ce qui suffit à embarquer les 17 LEDs d’éclairage ajustable. C’est l’autre grosse évolution de ce nouveau modèle qui met l’accent sur la qualité de sa lumière pour un usage en mode sombre. Désormais, la lumière pourra s’ajuster en intensité comme en chaleur. De manière manuelle sur la Kindle Paperwhite 2021 ou automatique sur le modèle Signature Edition.

Kindle PaperWhite 2021

La norme IP8 est respectée et les modèles sont disponibles respectivement en 8 et 32 Go de stockage. Le module Wifi passe d’un Wifi4 à un Wifi5 tout en conservant un module Bluetooth compatible avec les livres audio de la marque.

Kindle PaperWhite 2021

Enfin, Amazon met l’accent sur le recyclage des produits pour construire ses appareils. 60% de plastique recyclé entre dans la composition du châssis et de la structure des tablettes. Ce qui explique sans doute la disparition de l’option d’une liseuse blanche pour ne laisser que les versions noires. L’emballage est également issu de filières bois responsables ou de recyclage.

La Kindle PaperWhite 2021 est déjà en vente sur le site d’Amazon à 139.99€ avec publicités et 149.99€ sans. La version Signature Edition avec charge sans fil et 32 Go est à 189.99€ sans publicité. Pour le moment, aucun modèle avec publicité de cette version n’est proposé. Les anciens modèles simples à 79.99€ et la Kindle PaperWhite 2019 sont toujours disponibles à 109.99€ en 8 Go avec pub et 10€ de plus sans pub. La version 32Go avec pub étant à 129.99€ et 10€ de plus sans pub. Probablement jusqu’à écoulement des stocks.*

A noter qu’une version “Kids+” est également disponible aux US avec un abonnement du même nom qui n’est pas proposé en France. 

Kindle PaperWhite 2021 : USB Type-C, recharge sans fil et écran 6.8″ © MiniMachines.net. 2021.

Mecool KD2 : une TVBox AndroidTV 11 sous Amlogic S905Y4

21 septembre 2021 à 18:02

La Mecool KD2 proposera un SoC Amlogic S905Y4, une puce qui a la particularité d’exploiter quatre coeurs Cortex-A35 et de s’orienter non pas vers la performance de calcul mais sur les capacités de décodage vidéo et audio.

Mecool KD2

Entre autres choses, le SoC sera compatible avec les codecs AV1 avec une compatibilité UltraHD à 60 images seconde. Il sera également compatible avec les solutions plus classique et rendra la Mecool KD2 capable de prendre en charge les solutions HDR10, HDR10+ et Dolby Vision. Son chipset graphique Mali-G31 MP2 à 850 MHz est particulièrement bien taillé pour ces opérations multimédia.

Mieux encore, la nouvelle TV Box aura droit à une certification AndroidTV 11 ce qui lui donnera accès non seulement à tout l’écosystème de Google mais aussi à divers services de streaming du marché :  Amazon Prime vidéo mais également Spotify et Youtube. La compatibilité avec Netflix ou Prime Vidéo n’est pour le moment pas indiquée. L’engin proposera également les même services qu’une solution Chromecast classique. 

Mecool KD2

Associé au SoC, on retrouvera 4 Go de mémoire vive et 32 Go de stockage non extensible. La connectique est plus que minimaliste puisque la TVBox ne propose qu’un port HDMI 2.0 et et un port MicroUSB destiné à alimenter l’engin. Un module Wifi5 et Bluetooth 5.0 est présent et la télécommande embarque un micro pour une commande à la voix que l’on déclenchera grâce à un bouton dédié.

Mecool KD2

Reste le problème du tarif, la Mecool KD2 est annoncée à 110€ environ en importation, un tarif assez élevé pour un service somme toute assez basique et avec les inquiétudes classiques autour du manque de mise à jour de ce genre de produit. C’est un peu moins cher qu’une Nvidia Shield TV 2019 mais également bien plus cher qu’une bête FireTV ou une solution Chromecast…

Mecool KD2 : une TVBox AndroidTV 11 sous Amlogic S905Y4 © MiniMachines.net. 2021.

La nouvelle Kindle Paperwhite 2021 sera plus grande avec 6.8 pouces

21 septembre 2021 à 13:26

Amazon semble être prêt au lancement d’une nouvelle série de liseuses avec une Kindle Paperwhite 2021 et un modèle Kindle Paperwhite Signature Edition un peu plus évoluées. 

Kindle Paperwhite 2021

Le nouveau modèle de liseuse numérique Amazon Kindle Paperwhite 2021 sera plus grand et mieux éclairé. La fiche technique de l’engin fait état de ce changement important dans l’affichage de l’objet. Un passage de 6 à 6.8″ qui se traduit par un amincissement de trois des quatre bordures de l’objet.

Kindle Paperwhite 2021

La cinquième génération de liseuse d’Amazon n’est pas encore officielle mais devrait être lancée sous peu, un évènement matériel est programmé pour le 28 Septembre, ce qui signerait peut être la commercialisation de ces engins à l’international. Le distributeur a laissé fuiter des informations sur ses sites Canadien et Mexicain au sujet de ces modèles 2021. De quoi glaner suffisamment d’informations pour dresser un portrait des engins.

Kindle Paperwhite 2021

On retrouve donc une diagonale de 6.8″ avec une densité de 300 pixels par pouce identique au précédent modèle. Ce qui signifie une évolution de la définition de l’affichage. Les dimensions physiques de l’objet ne devraient pas évoluer, ce sont les bordures qui sont amincies de manière a aménager plus d’espace pour l’écran.

Autre changement, le nombre de LEDs qui vont éclairer la surface pour une lecture dans un environnement sombre. On passe de 5 à 17 LEDs avec un système d’ajustement de température de couleur pour obtenir l’affichage le plus adapté à votre usage et votre vue. Cette évolution aura sans doute un impact sur la qualité et l’homogénéité de l’affichage de la liseuse et donc du texte à parcourir.

La solution entrée de gamme, la Kindle Paperwhite 2021, proposera une résistance à l’eau IP8 et embarquera toujours 8 Go de stockage. La version Signature Edition proposera, quant à elle, 32 Go en interne et offrira deux gadgets intéressants. Le premier avec un chargeur par induction qui permettra de recharger sa batterie en posant l’objet sur un chargeur  sans fil. Le second avec un capteur optique permettant d’ajuster automatiquement la luminosité du rétro éclairage en fonction de l’environnement.

Les prix indiqués sur le site Canadien d’Amazon montrent une évolution en douceur pour le modèle Kindle Paperwhite 2021. On passe des 140 $ Canadiens actuels à 149$ Canadiens. Une évolution de 9$ qui se traduit au cours du jour à environ 6€. On peut donc s’attendre à une évolution du prix chez nous d’une dizaines d’euros. La version Signature Edition passe, quant à elle, à 210 $ Canadiens… soit environ 140€ HT ce qui se rapproche du prix actuel de la Kindle PaperWhite actuelle chez nous qui est de 169.99€ (et actuellement en promo à 139.99€).

Pas une révolution donc mais un engin qui sera sans doute un peu plus confortable en terme de lecture et probablement sans incidence sur le tarif de l’objet.

Sources : /r/KindleGood eReader, The eBook Reader et Liliputing

La nouvelle Kindle Paperwhite 2021 sera plus grande avec 6.8 pouces © MiniMachines.net. 2021.

Les Intel Alder Lake-T en fuite et en détails ?

21 septembre 2021 à 11:45

Toute la gamme Intel Alder Lake-T semble avoir fuité sur le site FanlessTech. Une série complète de processeurs qui ont pour point commun leur faible TDP : 35 watts. Des puces “T” très appréciées des constructeurs qui les intègrent dans leurs solutions les plus compactes mais qui a tendance à rester à leur usage exclusif. Rares sont les processeurs de ce type à être disponible sur le marché classique. Mais peut être que cela pourrait changer dans le futur.

Alder Lake-T

On retrouve donc 7 processeurs Alder Lake-T dans cette nouvelle gamme qui pourrait fonctionner de manière passive ou dans un châssis ultracompact sans trop de difficultés.

 CoeursThreadsFréquence MaxCache L3GFXTDP
Core i3-12100T4+084.1 GHz12 MoUHD Graphics 73035W
Core i3-12300T4+084.1 GHz12 MoUHD Graphics 73035W
Core i5-12400T6+0124.1 GHz18 MoUHD Graphics 73035W
Core i5-12500T6+0124.1 GHz18 MoUHD Graphics 77035W
Core i5-12600T6+0124.1 GHz18 MoUHD Graphics 77035W
Core i7-12700T8+4204.1 GHz25 MoUHD Graphics 77035W
Core i9-12900T8+8244.1 GHz30 MoUHD Graphics 77035W

On commence par deux Core i3 : Les i3-12100T et i3-12300T sont des quadruples coeurs avec 8 Threads et 12 Mo de cache. Ils grimperont respectivement à 4.1 et 4.2 GHz en mode Turbo et embarqueront des circuits graphiques Intel UHD 730. Deux puces entrée de gamme qui semblent suffisamment puissantes pour de nombreux usages.

Trois Core i5 prennent la suite avec le Core i5-12400T qui est un 6 coeurs et 12 Threads épaulé par 18 Mo de mémoire cache et capable de monter à 4,2 GHz. Une puce elle aussi équipée du circuit Intel UHD Graphics 730. Le Core i5-12500T qui fonctionne de la même manière mais passe à 4,4 GHz et embarque un Intel UHD Graphics 770. Enfin, le Core i5-12600T identique au précédent mais un peu plus véloce avec une fréquence Turbo de 4.6 GHz.

Un seul Core i7 est répertorié pour le moment avec le Core i7-12700T qui change un peu d’architecture puisque cette puce est un 12 coeurs. Elle est constituée de 8 coeurs Golden Cove haute performances et 4 coeurs Gracemont. Ces derniers coeurs ne développant pas d’HyperThreading, on se retrouve avec un nombre de coeurs logiques différents de nos habitudes.. Les 8 coeurs Golden Cove développant 16 Threads en Hyper Threading auxquels s’ajoutent les 4 Threads Gracemont. Soit un total de 20 Threads. La mémoire cache L3 grimpe à 25 Mo et la fréquence d’horloge max est de 4.7 GHz et le circuit embarqué est un Intel UHD Graphics 770.

Enfin le Core i9-12900T est taillé sur le même modèle mais propose 8 coeurs Golden Cove et 8 coeurs Gracemont. Avec la même logique de 16 Threads associés à 8 threads pour un total de 24 Threads. La mémoire cache atteint le chiffre respectable de 30 Mo et la fréquence monte à 4.9 GHz. Le circuit graphique est le même.

Alder Lake-T

Une série de puces Alder Lake-T très intéressante donc puisque ces solutions seront sans doute capables de venir à bout de la très grande majorité des tâches pour un TDP très faible de 35 watts. De quoi imaginer et construire des solutions vraiment performantes et efficaces dans des designs des plus compacts. Ces puces seront accessibles aux constructeurs en début d’année prochaine et pourront être déclinées en d’autres modèles par la suite.

Le gain en performance, à consommation et TDP égal, des coeurs Golden Cove est évalué à un peu moins de 20% par rapport aux solutions Cypress Cove des puces Rocket Lake. Le gros point fort de ces solutions étant la possibilité pour le système de jongler entre les différentes architectures avec des coeurs Gracemont pouvant être très peu gourmands en énergie pour les tâches les plus légères ou la mise en marche de l’ensemble des ressources de chaque coeur pour les calculs les plus lourds. De quoi imaginer des systèmes assez souples à l’usage et peu gourmands en énergie. Le fait que la nouvelle architecture propose la prise en charge de la mémoire DDR5 (en plus de la DDR4) et du PCIe 5.0, on a ici une très belle base de travail sur ce segment de consommation de 35 watts.

Les Intel Alder Lake-T en fuite et en détails ? © MiniMachines.net. 2021.

Le GPD Pocket 3 : un futur netbook modulaire ?

20 septembre 2021 à 18:44

Les infos autour du GPD Pocket 3 sont maigres mais la marque vient de publier une image des plans de l’objet qui nous renseignent au moins sur deux points. D’abord, la marque ne renonce pas à son concept. Ensuite, elle devrait le pimenter un peu. 

What you concerned Pocket series will continues mission to Pocket 3, the modularized pocketable PC!#gpdpocket3 #newconcept pic.twitter.com/NIpkvTMC8M

— GPD Game Consoles (@softwincn) September 18, 2021

 

Ce n’est pas une extrême modularité mais la marque prévoit de laisser la possibilité à l’utilisateur de choisir une partie de la connectique arrière de l’engin. Un module semble pouvoir être modifié pour un autre pour s’adapter aux besoins de l’utilisateur. Cela laisse à penser à un convertisseur USB interne dans chaque module, une solution qui permettrait, par exemple, de transformer un USB en sortie audio, en port Série ou autre.

On retrouve de part et d’autre du châssis une connectique classique avec deux ports USB, un USB Type-C, un jack audio et une sortie HDMI. Mais ce choix de rendre l’arrière modulaire devrait permettre de toucher un autre public en offrant une solution plus spécialisée. C’est la recette choisie par la marque pour son GPD MicroPC qui propose de nombreux ports sur son châssis. 

Minimachines-09-2021

Le GPD Pocket 2

GPD Micro PC

Le GPD Micro

Autre changement majeur, l’intégration d’un pavé tactile en haut à droite du clavier à la place d’un petit capteur optique. On voit là également une évolution héritée des retours faits sur le GPD Micro qui embarque le même type de dispositif. 

Cela permet, notamment à certains professionnels, de retrouver les ports dont ils ont besoin et  qui sont en général absents de ces solutions de petit gabarit. Ethernet, VGA, port série ou autres ports plus spécialisés. Pas d’autres infos pour le moment, l’engin proposera sans doute une évolution de compétences techniques avec des puces plus récentes. Il faut dire que le précédent GPD Pocket 2 date de 2018 et embarque un Core M3-7Y30

Le GPD Pocket 3 : un futur netbook modulaire ? © MiniMachines.net. 2021.

❌